L’ubérisation : un passage obligé ?

L’ubérisation : un passage obligé ?

16th décembre 2022
By:
La rédaction
View bio
La rédaction

Depuis 2014, les équipes Hiscox alimentent ce blog en vue de fournir aux entrepreneurs en herbe comme les confirmés. Pour nous être assureur c’est avant tout vous conseiller à chaque étape de la vie de votre entreprise. Pour vous accompagner et vous aider à faire les bons choix pour éviter de mettre en danger votre entreprise. Actualité, inspiration, conseils, fiches pratiques… Nos contenus variés ont pour objectif d’adresser vos questionnements du quotidien. Parce que chez Hiscox on pense à tout et surtout à vous.

Ubérisation, ce terme repris partout dans les médias a fait trembler de nombreux secteurs. Mais que désigne ce néologisme né du nom de la société californienne à succès Uber ? En quoi cette tendance est devenue la préoccupation principale des dirigeants d’entreprises et des start-uppers ? Revenons sur la définition de l’ubérisation et son poids dans le quotidien des auto-entrepreneurs.

Qu'est-ce que l’ubérisation de la société ?

Définition et apparition

Nous devons le terme ubérisation à Maurice Lévy, patron de Publicis. Il est le premier à avoir popularisé le terme dans son interview de 2014 accordée au Financial Times.

Selon le dictionnaire du petit Larousse, la définition de l’ubérisation est la suivante : "remise en cause du modèle économique d'une entreprise ou d'un secteur d'activité par l'arrivée d'un nouvel acteur proposant les mêmes services à des prix moindres, effectués par des indépendants plutôt que des salariés, le plus souvent via des plateformes de réservation sur Internet.".

Quels sont les trois principes de base de la monétisation de ce modèle économique ?

Comme tout modèle économique, l'ubérisation est un moyen de faire gagner de l'argent. Ce dernier repose d'ailleurs sur 3 principes de monétisation :

  1. La vente d'encarts publicitaires à l'image de Leboncoin et Vinted
  2. Le prélèvement d'une commission sur les transactions comme Airbnb ou Uber
  3. Des services complémentaires payants.

A l'inverse des plateformes de e-commerce classique, ce modèle économique repose sur les utilisateurs volontaires et flexibles. C'est aux utilisateurs de prendre en charge une partie des tâches à réalisées. Ce système entraine alors une tendance à faire tomber les frontières entre professionnels et particuliers, la concurrence peut donc se révéler plus rude.

Ubérisation : véritable phénomène disruptif, quelles conséquences ?

Pour votre business model

L’ubérisation est une nouvelle forme de concurrence qui a très nettement été favorisée par l’avènement du numérique partout dans le monde, notamment ces dernières années suite aux différents confinements sanitaires. Lorsque le monde était à l’arrêt, internet, lui, continuait de fonctionner et est vite apparu comme un incontournable dans le quotidien des consommateurs.

Ce tsunami numérique redessine considérablement les marchés traditionnels car l’objectif de ces nouveaux concurrents est de réduire au maximum les intermédiaires via leur plateforme en ligne et autres services numériques. Michel Bauwens, théoricien de l’économie, explique : « qu’il s’agit plutôt d’une mise sur le marché des ressources qui n’étaient pas utilisées ». En effet, l’ubérisation disrupte les différents marchés au travers de trois niveaux :

  • Social et fiscal, en disruptant les règles et modèles actuels,
  • Juridique, en explorant les possibilités proposées par le statut d’indépendant,
  • Economique, en misant sur des modèles digitaux plus collaboratifs, rapides et économiques.

Il s'agit donc de repenser entièrement le fonctionnement d'un marché. L'ubérisation repose notamment sur l'effacement du rôle des intermédiaire. La frontière entre produit et clients finaux se fait de plus en plus fine. C'est pourquoi il est important aujourd'hui, de prendre en compte le processus d'ubérisation dans la création de votre business model, c'est un exercice totalement bénéficiaire au succès de votre entreprise.

Pour les attentes de vos clients, prestataires et autres partis prenants

Simplicité, stabilité, coûts avantageux... La disruption d’un marché par l’ubérisation s’avère redoutable pour la concurrence en matière de satisfaction client. La société Uber, d’où provient le terme, et son service à prix cassés dans le secteur du transport en est le parfait exemple. Son business model a battu tous les records, tout en mettant en péril l’ensemble d’une profession : les chauffeurs de taxi. C'est aussi ce que l'on appelle la disruption destructrices. En effet, obtenir une licence de taxi peut se révéler être le parcours du combattant et freine de nombreuses personnes à ce lancer. Uber a révolutionné le métier avec ses chauffeurs de VTC en raccourcissant les intermédiaires, offrants un statut de "salarié" à son compte et permettant à chaque utilisateur d'obtenir une voiture de transport en fonction de ses besoins n'importe où, n'importe quand.

Dans d’autres secteurs, nous pouvons souligner les performances d’Airbnb dans l’hôtellerie, de Deezer dans la musique ou bien de Doctolib dans la gestion des rendez-vous médicaux. Des entreprises qui ont construit leur business model autour du digital. Pour les entreprises, l’ubérisation permet d’améliorer la gestion du temps et des priorités.

Aujourd'hui les offres sont plus facilement comparables et on se retrouve facilement rattraper par les concurrents. Les clients deviennent donc de plus en plus exigeants face à ces business modèles plus faciles et abordables. Quelles solutions votre entreprise va mettre en place pour se démarquer non seulement dans son marché mais aussi face à toutes les DNBV (Digital Native Brand Vertical) qui explosent dans le monde ? Quels programmes de fidélités proposerez-vous ? Quelles fonctionnalités en plus ? Quels canaux ? Réfléchissez à tous les moyens de créer une relation de confiance avec vos clients ?

Les effets de l'ubérisation : des atouts évidents pour les entrepreneurs

Au-delà d'une remise en question des anciens business plan, l’ubérisation remet en question le statu quo des secteurs d’activité impactés. En effet, un nouvel arrivant qui vient disrupter votre marché va permettre de :

  • Rabattre les cartes et challenger l’offre, qui tend à se standardiser au fil des années
  • Permettre aux concurrents de développer des solutions similaires si les consommateurs adhèrent et adoptent ces nouvelles habitudes de consommation
  • Permettre aux challengeurs de se spécialiser sur une expertise précise pour rester compétitifs
  • Digitaliser certaines tâches souvent contraignantes pour une meilleure gestion du temps et des priorités.

Ubériser son entreprise, un tremplin ou un piège ?

D’un point de vue consommateurs, l’ubérisation est une aubaine. On retient principalement les avantages prix, l’amélioration des services ou encore la transparence et l’optimisation de la relance client grâce aux systèmes de notation ainsi que la gestion du temps et des priorités.

Néanmoins, l’ubérisation comporte également quelques désavantages. Les salariés pointent du doigt, entre autres, la disparition du CDI. Idem pour l’encadrement du droit de travail : quelles garanties pour les indépendants sous cette nouvelle économie numérique ? Comment remplacer ces emplois ubérisés ?

Comme exemple, nous pouvons citer la suspension d’activité et le redressement judiciaire de Take Eat Easy, le service de livraison à vélo de restauration à domicile. Les plus de 2 000 coursiers, tous rémunérés en indépendants se sont retrouvés du jour au lendemain sans travail et revenu.

Comme n’importe quelle révolution, numérique ou industrielle, l’ubérisation laisse des questions sans réponses et suscite des avis partagés. Véritable source d’opportunités ou non pour l’économie, nous n’en verrons les effets qu’à plus long terme.

En somme, l’ubérisation de tous les marchés ne doit pas être vue comme une obligation. Il s’agit avant tout d’une évolution de marché à travers laquelle les organisations doivent avoir le choix de s’aligner ou non... Nous vous conseillons de mener une veille active pour anticiper toutes évolutions (ubérisation ou non) et rester compétitifs.