Blog post 09 03 artisanat actualite et risques

Liste des métiers à risques & défis de l'artisanat

Publié le 17/08/2023 15:25 | Mis à jour le 17/08/2023 16:45
Par:
La rédaction
View bio
La rédaction

Depuis 2014, les équipes Hiscox alimentent ce blog en vue de fournir aux entrepreneurs en herbe comme les confirmés. Pour nous être assureur c’est avant tout vous conseiller à chaque étape de la vie de votre entreprise. Pour vous accompagner et vous aider à faire les bons choix pour éviter de mettre en danger votre entreprise. Actualité, inspiration, conseils, fiches pratiques… Nos contenus variés ont pour objectif d’adresser vos questionnements du quotidien. Parce que chez Hiscox on pense à tout et surtout à vous.

Besoin de plus de conseils ? Envie de nous faire part de votre expérience, nous serons ravis de publier votre témoignage ! Contactez-nous : [email protected]

Certains corps de métiers sont considérés comme étant plus difficiles, voire même dangereux, avec leur lot de risques : physiques et psychosociaux. Parmi ces métiers, on retrouve l'artisanat et l'artisanat d'art qui possèdent un impact fort sur la culture et l'économie française.

Nous allons donc dresser la liste des métiers à risques et la signification même des termes. Puis nous décrirons l'activité des artisans et le processus pour se lancer dans le domaine. Quels sont les tendances et les risques associés à ces métiers ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur l'actualité et les risques de ces métiers.

Les métiers considérés comme "à risques" : décryptage

Un accident du travail est vite arrivé. Et lorsque l'on parle de métiers à risques, les statistiques associées à ce type d'incident sont souvent un des critères principaux pour la qualification d'un métier dit "à risques". Parfois même, on prendra aussi en compte la proportion de décès. Et même si chaque activité présente des dangers, il est bon de comprendre ce que les termes et le contexte peuvent induire.

Qu'est-ce qu'un métier à risque ? Définition et points de vue

Un métier à risques peut être défini comme une profession ou une activité qui expose les individus à des dangers, des difficultés ou des situations potentiellement préjudiciables. Les points de vue sur les métiers à risques peuvent varier en fonction du contexte.

Considérant la difficulté, certains métiers peuvent être considérés "à risques" en raison de leur complexité, de leur technicité ou des compétences spécifiques requises. Les métiers hautement spécialisés, tels que les chirurgiens ou les ingénieurs nucléaires, peuvent être considérés comme risqués en raison des enjeux élevés associés à leur exercice, le besoin de se former en continu et le niveau de responsabilité qu'engendre l'activité.

Du point de vue de la dangerosité, les métiers impliquant des situations potentiellement dangereuses ou physiquement exigeantes peuvent être qualifiés de "risqués". Cela inclut les métiers dans le domaine de la construction, les pompiers, les forces de l'ordre, les travailleurs en hauteur... toutes les professions où le danger physique est une composante inhérente du travail.

Pour les assurances, le métier "à risques" est généralement associé à une probabilité plus élevée d'accidents du travail, de blessures ou de dommages matériels. Les assureurs les évaluent en fonction de leur niveau de risque pour déterminer les primes d'assurance appropriées. Ces professions peuvent être soumises à des primes d'assurance plus élevées en raison des périls potentiels liés à leur exercice.

D'autres perspectives pertinentes pourraient être liées à des aspects économiques, tels que la précarité de l'emploi, l'instabilité du marché ou la vulnérabilité aux crises économiques.

Pour l'artisanat, parle-t-on de métier à risques ?

L'activité artisanale est souvent un métier de passion. Vous exercez une activité qui vous intéresse dans un environnement stimulant. Mais il est vrai que certains métiers artisanaux sont plus difficiles que d'autres. Ces activités sont souvent liées à des risques qu'il est nécessaire de connaître avant de se lancer, de se préparer et de se protéger.

  • Troubles musculo-squelettiques : Douleurs dans le corps, souvent localisées au niveau du dos. Cela peut se traduire également par des entorses, des déchirures musculaires. Ces troubles sont souvent liés à des activités de manutention, mais pas seulement. De plus, certains facteurs aggravent ces risques : l’intensité de l’effort, l’état du sol, les conditions de travail, la posture, etc.
  • Risques électriques : Si l'électrocution est le premier risque qui nous vient à l'esprit, l'électricité peut également engendrer des explosions, des incendies, une électrisation, des brûlures, etc.
  • Risques de coupure / brûlure avec les outils
  • Risques de chute en cas de travail en hauteur
  • Risques liés aux produits chimiques : pour la peau, pour les yeux ou pour le corps de manière générale en cas d'exposition à des substances toxiques

N'oublions pas aussi qu'être son propre patron dans un métier d'artisanat demande aussi une grosse implication personnelle afin de rester au courant des nouveautés et d'évoluer avec son activité. Devoir se former en continu, en gérant la balance entre vie personnelle et professionnelle, est plus difficile et demande une agilité. Beaucoup d'artisans travaillent sans compter leurs heures et sous pression, parfois pour une rémunération intéressante, mais il ne faut pas oublier de se garder du temps pour toi : penser à l'avenir tout en savourant le présent.

Quelles sont les activités professionnelles les plus difficiles ?

Tout comme pour le mot "risque", il est difficile de donner un sens au mot "difficulté" dans le cadre du travail. La difficulté peut être influencée par des facteurs tels que le niveau d'expérience, l'environnement physique, les conditions économiques et les évolutions technologiques.

Cependant, certaines professions sont généralement considérées comme particulièrement exigeantes et dures en raison des défis qu'elles présentent : 

  1. Le chirurgien nécessite une formation médicale approfondie, des compétences techniques précises et une prise de décision rapide dans des situations critiques mettant parfois en jeu la vie d'autrui.

  2. L'ingénieur en aérospatiale travaille sur des projets complexes, tels que la conception d'aéronefs ou de véhicules spatiaux, ce qui exige une expertise pointue et la gestion de problèmes technologiques avancés.

  3. Le plongeur professionnel intervient souvent dans des environnements sous-marins dangereux et exigeants, comme les opérations de sauvetage ou la maintenance sous-marine.

  4. Le sapeur-pompier est confronté à des situations d'urgence dangereuses, nécessitant des compétences physiques, émotionnelles et techniques spécifiques pour lutter contre les incendies et sauver des vies.

  5. Le journaliste de terrain doit réagir face à des situations imprévisibles, couvrir des événements dangereux et respecter des délais serrés tout en fournissant des informations exactes.

  6. Le militaire en zone de conflit fait face à des risques physiques et psychologiques considérables.

  7. L'alpiniste professionnel travaille dans des environnements extrêmes et dangereux à plusieurs dizaines de mètres de hauteur, nécessitant une excellente condition physique, des compétences techniques et la capacité de prendre des décisions cruciales.

Ces exemples sont basés sur l'aspect de responsabilité et de technicité des métiers. Mais la charge mentale de certaines professions n’est pas à négliger : les professeurs, les éboueurs ou encore les caissiers pour qui la pression de la société est parfois très présente. Elle impacte le bien-être mental des personnes qui travaillent, rendant ces métiers particulièrement difficiles à exercer sur le long terme. Le manque de reconnaissance de son environnement peut être une difficulté supplémentaire à ne pas négliger.

Il est essentiel de considérer les différentes facettes d'une activité professionnelle, y compris les compétences requises, les conditions de pénibilité, les contraintes physiques et émotionnelles, ainsi que les défis spécifiques, pour évaluer sa difficulté. De plus, il n'est pas négligeable que celle-ci puisse être accentuée selon la condition du travailleur (genre, âge...). Hommes et femmes ne sont malheureusement pas toujours traités de la même manière selon les domaines.

Et niveau rémunération : sont-ils bien payés ?

La plupart du temps, oui. Certaines professions exigeantes en raison de leur spécialisation et de leur niveau de responsabilité et d'études bénéficient souvent de salaires attractifs. Cependant, il est essentiel de se renseigner sur les conditions salariales spécifiques à chaque métier, car la rémunération peut varier considérablement en fonction des compétences requises, des responsabilités assumées et des contraintes associées à chaque activité professionnelle (incluant aussi la localisation, le secteur privé ou public... ).

Quels sont les métiers les plus dangereux au monde ?

Selon plusieurs instituts, les métiers les plus dangereux dans le monde car ils mettent la vie des travailleurs en danger sont :

  • Bûcheron : Outre l’abattage de l’arbre en lui-même, un bûcheron risque perpétuellement sa vie en utilisant de la machinerie lourde alors qu’il est suspendu dans les airs à plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Le taux de mortalité de cette profession est de 135,9 travailleurs pour 100.000 travailleurs. La plupart des accidents sont dus à des chutes d’arbres sur les travailleurs ou à des erreurs liées à l’équipement. 
  • Travailleur de la gestion des déchets : Chargés de garder nos rues et nos espaces publics propres, ils risquent leur vie au quotidien en manipulant de surcroît nos ordures aux odeurs nauséabondes. Ils peuvent tomber des camions lors de la collecte des déchets, être heurtés par un véhicule ou être victimes d’un accident lors du maniement de machines. Les risques du métier d'éboueur sont multiples : manipulation de substances chimiques toxiques, présence de moisissures et de bactéries, fortes chaleurs, pollution sonore intense, vibrations mécaniques, incendies et explosions. Tous ces éléments peuvent entraîner une possibilité plus forte d'un cancer de la peau par exemple. 

  • Soudeur sous-marin : Aussi nommé "soudeur scaphandrier", il agit en tant que plongeur professionnel chargé des inspections et des tâches de maintenance industrielle et répare des pipelines, des navires et des barrages. Outre les risques liés à l’utilisation d’électricité pour les chantiers de sidérurgie et le découpage sous-marin, ces travailleurs sont confrontés à des risques d’explosions, de surpression sur les poumons et de noyade.

Plus localement en France, même si les indications mondiales restent valables, le top 3 est :

  • Marin-pêcheur : Avec un environnement exigeant et les conditions météorologiques souvent imprévisibles de la mer, ce métier est particulièrement dangereux. Il a une proportion de décès de 1 sur 500 chaque année.
  • Élagueur : Avec un travail exercé en hauteur pour tailler et entretenir les arbres, les chutes, les blessures liées aux outils tranchants et les accidents électriques sont courants. Le nombre d'accident d'élagage en France est d'environ 600 par an, selon l'association Qualiarbre
  • Pilote d'avion : Malgré que la sécurité aérienne soit une priorité absolue, il existe de nombreux risques inhérents à la navigation aérienne, aux conditions météorologiques changeantes et aux éventuelles pannes techniques.

Bien entendu, certains contextes ou évènements mondiaux peuvent changer ces classements et statistiques comme en temps de guerre pour les militaires.

Les métiers dits "dangereux" demandent une concentration maximale, pour éviter tout moment d'inattention et par conséquent tout accident du travail, dû souvent à des conditions difficiles.

Du point de vue de l'entreprise : comment faire la liste des postes à risques ? Entre sécurité, travail physique, pression sociétale et charge mentale.

Pour établir cette liste, il est essentiel de mener une évaluation approfondie des dangers potentiels présents dans chaque poste de travail. Cette liste peut être établie en prenant en compte différents aspects tels que la sécurité, le travail physique et la charge mentale. Voici les étapes clés pour la réaliser :

  1. Évaluez les dangers potentiels associés à chaque poste, incluant les risques physiques, pour la santé et psychosociaux.
  2. Impliquez les travailleurs dans le processus d'évaluation et de proposition de mesures préventives, car leur contribution et expérience réelle est précieuse.
  3. Développez des protocoles de sécurité adaptés à chaque poste, comprenant des mesures de prévention, des formations et l'utilisation d'équipements de protection individuelle si nécessaire.
  4. Assurez-vous que tous les employés concernés reçoivent une formation adéquate sur les protocoles de sécurité et les mesures préventives. Sensibilisez-les également aux risques associés à leur travail et aux moyens de les minimiser.
  5. Maintenez la liste des postes à risques à jour en fonction des changements organisationnels et suivez l'efficacité des protocoles de sécurité pour apporter les ajustements nécessaires.
  6. Collaborez entre les services pour une approche globale de la gestion des risques, en impliquant les ressources humaines, les services de santé et de sécurité, la direction et les représentants des travailleurs.

Une collaboration étroite entre toutes les personnes de l'entreprise est essentielle pour assurer un environnement de travail sûr et protéger la santé et le bien-être des employés. Cette gestion est d'ailleurs un élément important pour valoriser la culture de l'entreprise et attirer de futurs talents.

Les métiers de l'artisanat : lorsque passion et risques s'entremêlent

Ces professions sont souvent manuelles et comprennent par conséquent des risques. Néanmoins, ils sont moindres car l'environnement de travail ne sera pas soumis aux mêmes difficultés ou dangers que d'autres.

Se reconvertir dans l'artisanat est une très bonne idée, souvent liée à une passion (comme il faut la vocation pour devenir militaire ou médecin). Découvrez les conditions à remplir pour devenir artisan, les modalités de création de votre entreprise et les risques à anticiper pour éviter un accident du travail.

Qu'est-ce que l'artisanat ?

L’artisanat regroupe les personnes physiques ou morales exerçant à titre principal ou secondaire une activité professionnelle indépendante de production, de transformation, de réparation ou de prestation de services et figurant sur une liste établie par décret en Conseil d'État. Pour l'exercer, l'artisan doit détenir un savoir-faire spécifique et le prouver par un diplôme (CAP, BEP, etc.) ou une qualification professionnelle. Enfin, l'entreprise doit compter moins de 11 salariés au moment de sa création pour être considérée comme exerçant une activité artisanale.

Bien que l'artisanat soit associé aux métiers traditionnels, impliquant un savoir-faire manuel, la liste officielle de l'Etat comprend des activités tels que chauffeur VTC, ambulancier ou encore contrôleur technique automobile.

Modalités et conditions : chambre et registre des métiers

Si votre entreprise remplit les critères cités précédemment, vous êtes donc considéré comme artisan. De ce fait, votre interlocuteur privilégié pour obtenir des conseils est la Chambre des métiers et de l'artisanat. Il existe une Chambre des métiers dans chaque région. L'objectif de cette dernière est de faire rayonner l'artisanat à l'échelle nationale et même européenne en favorisant le développement économique, l'aménagement et la vitalité des territoires.

Les Chambres des métiers sont également là pour vous accompagner dans la création ou la reprise d'entreprises artisanales. Elles proposent donc des stages et des formations pour les nouveaux créateurs.

Par ailleurs, la Chambre des métiers vous guide dans les démarches administratives à effectuer au moment de la création de l'entreprise. Il faut savoir que depuis le 1er janvier 2023, toutes les démarches administratives s'effectuent sur le site du guichet unique des formalités.

Les démarches pour créer une entreprise artisanale sont les mêmes que pour les autres entreprises : domiciliation, signalement à la poste, immatriculation. Petite subtilité : l'immatriculation coûte 45 € aux entrepreneurs artisans. Le guichet des formalités vous inscrira alors au registre national des entreprises (RNE). Vous pouvez également vous inscrire au Répertoire des métiers, qui recense les artisans en France.

Liste des métiers de l'artisanat et des métiers d'art : quel métier choisir ?

Les métiers de l'artisanat sont répertoriés par une liste officielle. Si vous souhaitez travailler en tant qu'artisan, vous devez impérativement choisir dans cette liste. Retrouvez la liste officielle des métiers de l'artisanat et la liste officielle des métiers d'art sur les sites dédiés.

Quels sont les secteurs de l'artisanat ?

Les métiers de l'artisanat sont répartis selon quatre grands secteurs : l'alimentation, le bâtiment, la production et les services. Dans ces quatre grandes familles, vous aurez le choix entre 510 activités différentes.

Certains secteurs sont plus traditionnels, comme la boucherie ou la menuiserie par exemple, mais de nouveaux métiers de l'artisanat apparaissent sans cesse avec l'émergence de nouvelles technologies. Les métiers du son et de l'image, de développeur ou encore de la micro-électronique font partie de l'artisanat.

Quel métier ou quelle formation envisager pour une reconversion ? Quelles sont les activités qui recrutent ?

L'artisanat regorge d'opportunités d'emploi. Beaucoup d'entreprises sont à reprendre dans les différents secteurs et ce sont généralement des métiers indispensables à la société. Si vous souhaitez vous reconvertir, le choix de l'artisanat est très judicieux.

Le domaine de l'art recrute beaucoup dernièrement. Encadreur, fleuriste et maroquinier figurent dans le Top 3 des artisans les plus recherchés selon Pôle Emploi. L'industrie du luxe est également très dynamique en France : les tailleurs-couturiers, horlogers, et joailliers sont très recherchés.

La Chambre des métiers est une nouvelle fois là pour vous aider. Il existe notamment une "prépa apprentissage" destinée aux jeunes qui souhaitent s'orienter vers l'artisanat. Elle leur permet de découvrir de nombreux métiers. Il existe aussi des formations proposées par Pôle Emploi indiquant des activités surprenantes. 

Salaire : combien gagne un artisan en France ?

Selon Hello Work, un artisan gagne en moyenne 2 100 € bruts par mois en France. Toutefois, il ne s'agit que d'une moyenne, la branche dans laquelle exerce l'artisan influe sur le salaire. Les électriciens gagnent en moyenne 2 500 € par mois par exemple. Le salaire est également déterminé par l'ancienneté, comme dans toute autre profession.

L'artisanat d'art

L'artisanat d'art remonte à des millénaires, depuis que les premiers êtres humains ont créé des objets décoratifs à partir de matériaux naturels. Au cours des siècles, les artisans ont créé des œuvres remarquables pour les temples, les palais, les nobles et les particuliers. Aujourd'hui, l'artisanat d'art continue d'être pratiqué dans le monde entier, avec des artisans qui utilisent des techniques traditionnelles et modernes pour créer des objets uniques et de grande qualité. Il est loin d'être une voie de garage comme beaucoup de personnes tendent à penser.

Pour comprendre les aspects différenciants de l'artisanat d'art, il faut pouvoir en comprendre les origines et la définition.

Selon le point de vue de chacun, la différence entre l'artisanat et l'art possède deux approches :

  • Si l'objet est utile et fonctionnel, il est associé à l'artisanat. Si l'objet n'en a pas, il est associé à l'art.
  • Quand l'objet est conforme à l'idée qui lui préexiste, il relève de l'artisanat. Quand le créateur ne sait pas exactement ce qu'il va faire de son objet, il s'agit d'un objet d'art.

Un peu d'histoire et d'information

L'artisanat d'art est un métier qui consiste à créer des objets ou des œuvres d'art à la main. C'est un domaine qui requiert beaucoup de patience, de créativité et de savoir-faire. Les artisans d'art travaillent dans de nombreux domaines tels que la sculpture, la poterie, la joaillerie, la maroquinerie, la reliure, la broderie, la couture, la verrerie, et bien d'autres encore. Les objets créés par les artisans d'art sont souvent très appréciés pour leur qualité et leur originalité.

Malheureusement,il est en danger aujourd'hui. Avec la production de masse et la mondialisation, les artisans d'art ont souvent du mal à trouver un marché pour leurs créations. Les consommateurs sont souvent attirés par des produits moins chers et produits en grande quantité, plutôt que des objets uniques et artisanaux. 

Une reconnaissance professionnelle

L'artisan d'art est un professionnel qui exerce une activité artisanale comprise dans la liste des métiers d'art annexée à l'arrêté du 24 décembre 2015.

Il ne s'agit pas d'un statut juridique à part entière ni d'une activité proprement dite, mais d'une reconnaissance professionnelle. Dans tous les cas, le professionnel est tenu de respecter la réglementation propre à son activité.

Deux qualifications professionnelles sont attribuées associées à deux nominations artisanales:

  • Avoir la qualité d'artisan d'art

Pour pouvoir se prévaloir de la qualité d'artisan d'art, il est nécessaire d'être titulaire d'un CAP, d'un BEP ou d'un titre équivalent ou de justifier d'une expérience professionnelle de 3 ans au moins dans ce métier sur le territoire d'un Etat membre de l'Union européenne ou partie à l'Espace économique européen.

  • Avoir le titre de maître artisan en métier d'art

Le titre de maître artisan est attribué par le président de la chambre de métiers et de l'artisanat (CMA) au professionnel immatriculé au répertoire des métiers, titulaire du brevet de maîtrise (BM) dans le métier exercé, après 2 ans de pratique professionnelle.

Risques des métiers de l'artisanat

Les métiers de l'artisanat sont souvent associés à une activité manuelle, présentant des risques pour l'artisan et donc d'accident du travail. Ce paramètre est à prendre en compte au moment de choisir son activité (même si votre intérêt et passion passent avant tout en termes de motivation), mais vous allez voir que le développement de la technologie a réduit la pénibilité au travail des artisans.

Conditions de vie, avantages et inconvénients

Un artisan travaille généralement en indépendant et ce statut lui confère un certain nombre d'avantages. D'abord, vous êtes votre propre patron. Vous seul décidez de votre emploi du temps et des clients pour lesquels vous travaillez. Par exemple, vous avez la possibilité de choisir un emploi avec des horaires flexibles, ce qui peut être plus adapté à votre vie de famille par exemple.

Cependant l'entrepreneuriat et l'artisanat présentent également quelques inconvénients. En tant que seul maître à bord, vous avez plusieurs responsabilités et devez maintenir l'équilibre entre bien être et performance. La gestion est donc plus personnelle et demande une rigueur plus importante, notamment pour passer d'une tâche à une autre et donc entraîne plus de pression. Toutefois, observer le fruit de son propre travail est également très gratifiant. Si vous êtes motivés, il faut se lancer et surmonter la peur d'entreprendre.

Et que fait Hiscox ?

Les entreprises artisanales dans l'art recrutent beaucoup à l'heure actuelle. Maintenant que vous disposez de toutes les informations nécessaires pour devenir artisan, pourquoi ne pas vous lancer ? Mais puisque toute entreprise fait face à des risques, et quel que soit son domaine d'activité, la RC Professionnelle artisans de l'art d'Hiscox couvre une large variété de métiers d'artisanat de l'art (bijouterie, horlogerie, décoration, textile, etc.). Obtenez votre devis d'assurance professionnelle personnalisé et posez vos questions à un conseiller Hiscox pour entreprendre en toute sérénité.