Etude : à quoi ressemble une femme entrepreneure ?

Femme entrepreneure

Etude : à quoi ressemble une femme entrepreneure ?

29 septembre 2015
By:
La rédaction
View bio
La rédaction

Depuis 2014, les équipes Hiscox alimentent ce blog en vue de fournir aux entrepreneurs en herbe comme les confirmés. Pour nous être assureur c’est avant tout vous conseiller à chaque étape de la vie de votre entreprise. Pour vous accompagner et vous aider à faire les bons choix pour éviter de mettre en danger votre entreprise. Actualité, inspiration, conseils, fiches pratiques… Nos contenus variés ont pour objectif d’adresser vos questionnements du quotidien. Parce que chez Hiscox on pense à tout et surtout à vous.

Les résultats de notre dernière étude ADN de l’entrepreneur viennent d’être divulgués. Lors de notre événement de lancement mercredi 23 septembre, nous avons parlé de culture de l’innovation et de l’entrepreneuriat, d’export de croissance… Mais nous n’avons pas encore parlé des 40 % de personnes interrogées dans l’étude : les femmes ! Des entrepreneures que nous avons rencontrées jeudi dernier à l’événement Be a boss sur le campus Microsoft.

ADN entrepreneure

Alors qui sont ces femmes entrepreneures ? Comment travaillent-t-elles par rapport aux hommes ?

Le portrait robot de « l’entrepreneuse »

Qui est-elle ?

- Elle est expérimentée. Plus d’1/3 des femmes entrepreneures ont entre 40 et 49 ans (34,5%) et 25% entre 30 et 39 ans. - Elle a démarré son entreprise il y a plus de 6 ans (63% d’entre elles). - Elle a créé une entreprise dans le secteur de la vente au détail mais ses voisines dans son espace de co-working sont dans les services aux entreprises. 28,5% de nos interviewées se situent dans ses deux secteurs. Mais on trouve aussi 3% de femmes dans la production et l’ingénierie et 1% dans l'automobile. - Elle travaille seule. 55 % des femmes sondées n’ont pas de salariés alors que 2/3 des hommes se font aider. Elles sont moins nombreuses à gérer de plus grandes entreprises : 2 fois moins de femmes que d’hommes ont des entreprises entre 20 et 50 salariés.  

Quel est son rythme ?

- Elle travaille en moyenne 43 heures par semaine, 6 h de moins que les hommes.

- Elle prend moins de temps pour déjeuner. 36 % des femmes prennent moins de 30 minutes pour déjeuner. Seulement 3% des femmes disent qu’elles ont des déjeuners d’affaires avec des clients ou des partenaires…

- Elle prend des vacances plus courtes (22,4 jours de vacances par an) que les hommes et sont deux fois plus nombreuses que les hommes à dire qu'elles ne prennent pas le temps libre du tout !

Quelles sont ses motivations ?

- Contrairement aux hommes ce n’est ni pour suivre un modèle qui l’aurait inspiré, ni parce qu’elle a suivi une formation en entrepreneuriat, ni parce qu’elle a toujours rêvé d’entreprendre ; c’est parce qu’elle ne trouvait pas l’opportunité professionnelle qui lui convenait.

- Les principaux avantages de l’entrepreneuriat pour elle résident dans le fait d’avoir moins de stress et plus de souplesse dans les horaires de travail. Alors que pour les hommes ce qui prime c’est d’«être plus heureux en général» et «un grand sentiment d'avoir le contrôle». Mais elle a aussi des traits de caractères communs avec les hommes : l’indépendance, la capacité à s’organiser, à travailler dur et à manager.

Qu’est ce qui la freine dans son développement ?

- La politique gouvernementale, le système d’imposition, la pesanteur administrative sans surprise. Si près de 70% des femmes pensent que la politique du gouvernement n’est pas favorable à l’entrepreneuriat, elles sont légèrement moins critiques que les hommes qui sont 84% à douter de la politique envers les entrepreneurs.

- Elle doute plus : manque de confiance en soi, moindre capacité à se vendre et développer ses réseaux, mais ce n’est pas une fatalité et il appartient à chacune d’entre nous de faire évoluer cela.

- Elle craint de ne pas avoir les ressources nécessaires pour poursuivre son activité. 38 % répondent oui à la question « êtes-vous optimiste pour l’année à venir ? », l’an dernier la réponse était de 45%.

- 28 % disent que le financement bancaire est devenu plus difficile et 44% subissent des retards de paiement ce qui les fragilisent.

Témoignage : Céline Couteau de Love and Green

Céline Couteau et son associé Gabriel Augusto travaillaient tous les deux pour le groupe Cadum quand ils constatent en 2011 que certains des produits pour bébés disponibles sur le marché ne sont pas aussi écologiques qu'ils devraient l'être - en particulier les couches. Voyant là une bonne opportunité de business, ils se sont lancés et ont créé Love and Green (external link).

Leur intuition était bonne. En offrant aux parents des couches naturelles dépourvues de plastiques et d’éléments chimiques, disponibles en hypermarchés et sur Amazon, Céline Couteau et son associé ont pu atteindre une croissance rapide depuis leur lancement en 2011. Ils devraient attendre un chiffre d’affaire de 3 millions d’euros en 2015.

En plus des couches, Céline a développé sa gamme et vend à présent des pantalons et lingettes pour bébés. L’entreprise a également annoncé une levée de fonds de 2,4 millions d’euros soutenue par des business angels et un fond d’investissement. Afin de booster ses ventes et sa croissance à long terme, Love and Green prévoit le lancement d’un nouveau produit par an pour l’hygiène de l’enfant et de la famille entière.

Votre estimation d'assurance

A propos de votre entreprise:

0 /Mois*
Devis en ligne
* Tarif indicatif. Offre soumise à conditions
Vous êtes client Hiscox ou vous souhaitez le devenir ?

Contactez nous gratuitement 
0800 60 20 16
Lundi - Vendredi 08:30 -19:00

[email protected]

Nous vous rappelons gratuitement

Je souhaite être rappelé par un conseiller

Si vous êtes client Hiscox via un de nos courtiers/partenaires, contactez-le directement

Vous êtes courtier ou partenaire ?

Venez découvrir votre espace dédié >