définition solopreneur

Solopreneur : tout savoir sur ce nouveau concept

Publié le 07/02/2024 09:57 | Mis à jour le 08/02/2024 11:05
Par:
La rédaction
View bio
La rédaction

Depuis 2014, les équipes Hiscox alimentent ce blog en vue de fournir aux entrepreneurs en herbe comme les confirmés. Pour nous être assureur c’est avant tout vous conseiller à chaque étape de la vie de votre entreprise. Pour vous accompagner et vous aider à faire les bons choix pour éviter de mettre en danger votre entreprise. Actualité, inspiration, conseils, fiches pratiques… Nos contenus variés ont pour objectif d’adresser vos questionnements du quotidien. Parce que chez Hiscox on pense à tout et surtout à vous.

Besoin de plus de conseils ? Envie de nous faire part de votre expérience, nous serons ravis de publier votre témoignage ! Contactez-nous : [email protected]

Solopreneur est un modèle de travail novateur. Mais derrière ce statut se cache un véritable travailleur qui doit s’occuper de chaque tâche pour faire prospérer son activité. À la fois fondateur, salarié et gestionnaire, le solopreneur est un entrepreneur qui gère seul son entreprise. 

Ce concept évolue et séduit de plus en plus, quel que soit le secteur d’activité. Mais outre les avantages, ce statut juridique demande une stratégie définie et une préparation minutieuse pour réussir le projet.

Vous souhaitez lancer votre activité en solopreneur ? Zoom sur un concept novateur. Hiscox délivre aégalement quelques conseils pour lancer son activité et éviter les pièges.

Qu’est-ce qu’un solopreneur ?

Dans le contexte actuel, la liberté et la réussite des entrepreneurs séduisent de plus en plus de travailleurs. Mais derrière la réussite des solopreneurs, il existe une véritable réflexion et des contraintes importantes avant d’atteindre la stabilité souhaitée.

Découvrez les coulisses d’un concept de plus en plus plébiscité.

La définition du solopreneur

Le solopreneur est un travailleur qui crée son entreprise seul, sans collaborateurs ni associé. Le solopreneur s’occupe donc de toutes les tâches et endosse toutes les responsabilités concernant son activité et son développement.

Souvent confondu avec un indépendant (ou freelance), le solopreneur dispose de sa propre entreprise qu’il doit faire fructifier seul ou en faisant appel à des travailleurs externes en cas de surcharge de travail. L'une des problématiques dans ces cas de figure est le maintien voire l'amélioration de la productivité.

Si la plupart des activités peuvent s’exercer en "solo", ce sont les métiers du web qui sont souvent concernés. Communication, coach, conseil, e-commerce ou encore web marketing, de nombreux adeptes lancent leur entreprise, souvent en ligne et travaillent seul pour bénéficier d’une plus grande liberté.

Solopreneur et entrepreneur, quelles différences ?

Le solopreneur est bien un entrepreneur. Il est un décideur et un chef d’entreprise au même titre qu’un dirigeant d’une grande entreprise. Cependant, le solopreneur adhère à un style de travail plus isolé, où il bénéficie d’une grande flexibilité et de peu de contraintes extérieures. Si l’entrepreneur souhaite la plupart du temps développer son entreprise ou vendre à terme cette dernière, le solopreneur est seul maître à bord.

Attention, on distingue souvent l’indépendant qui gère plutôt des services et des prestations plutôt qu’une entreprise à part entière.

Les avantages du solopreneur

C’est bien entendu pour les avantages qu'offre ce mode de fonctionnement de que de plus en plus personnes tentent l’aventure du solopreneunariat. Au-delà de créer et de gérer seul et à sa convenance son entreprise, la vie de solopreneur présente plusieurs atouts :

  • Faible investissement de départ contrairement à la création d’une entreprise classique ;

  • Coût d’exploitation réduit ;

  • Charges administratives moins importantes ;

  • Liberté dans la prise de décision ;

  • Des risques financiers moins élevés.

Les solopreneurs profitent ainsi d’une grande flexibilité sur les horaires, ce qui ajoute du confort et peut-être une efficacité supplémentaire. Attention cependant, le business n’est pas évident à mettre en place et il est souvent difficile de se dégager des revenus confortables au départ. La productivité ne sera pas optimale dès le lancement, mais cette donnée s'avère être un indicateur idéal qui vous permettra d'évaluer les performances de votre activité et de votre gestion.

Un statut intéressant, quel que soit votre secteur d’activité

Le statut de solopreneur s’adapte à de nombreux secteurs d’activité, notamment en ligne. Parmi les métiers les plus sollicités, on retrouve :

  • Le conseil, le coaching et l’accompagnement des entreprises. Si le solopreneur dispose d’un CV et d’une expérience suffisamment importante, il peut proposer ses services en tant que consultant, coach ou conseiller afin d’aider les entreprises et les clients dans la prise de décision et dans la gestion de leur entreprise. Un solopreneur peut par exemple aider un futur entrepreneur dans la création et le développement de son entreprise.

  • La vente : le solopreneur peut vendre ses produits sur un site E-commerce, car cela ne nécessite que peu d’investissement personnel. En utilisant par exemple le dropshipping, l’entrepreneur n’a pas besoin d’investir puisque les produits ne sont pas stockés, il adapte les commandes en fonction des demandes. L’activité E-commerce d’un entrepreneur consiste principalement à développer son site en soignant l’acquisition de trafic, la qualité SEO du site et à étoffer son catalogue en ligne ;

  • Le service : le secteur est vaste, de photographe, jusqu’à assistant virtuel en passant par masseur et coiffeur, tous les métiers proposant un service peuvent s’exercer en tant que solopreneur.

Lancer son entreprise en tant que solopreneur

Si l’aventure de l’entrepreneuriat séduit de plus en plus de français, cette activité présente de nombreux risques et pièges à éviter. Le secret de la réussite réside dans l’élaboration de votre projet. Il est important de bien choisir son statut juridique de fixer ses prix en fonction de ses objectifs et de bien comprendre le rôle que doit jouer un solopreneur au sein de son entreprise. Une fois votre projet bien défini, l’aventure peut commencer en ayant mis toutes les chances de votre côté.

Choisir le statut juridique de son entreprise

Choisir son statut juridique est l’une des étapes les plus importantes. Le statut conditionne la forme de votre entreprise et donc les obligations fiscales et juridiques. Parmi les choix qui se présentent à vous, vous retrouverez :

  • L’entreprise individuelle (EI) : c’est souvent la forme la plus sollicitée au départ. Cela concerne la microentreprise qui est facile à gérer et qui simplifie la gestion comptable. En résumé, vos charges sociales sont réduites, mais vous ne pouvez pas déduire vos charges (pour cela, il faut choisir le régime réel) ;

  • L’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) : c’est un statut juridique intéressant lorsque votre entreprise est déjà bien lancée. En EURL vous pouvez choisir votre régime fiscal, déduire vos charges et bénéficier d’un statut social de travailleur non salarié ;

  • La société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU) : ce statut s’adresse aux solopreneurs avec un chiffre d’affaires déjà important.

Attention, certains considèrent que le freelance est assimilable aux solopreneurs. Mais son fonctionnement est différent, le freelance correspond plutôt à un travailleur indépendant qui vend ses services et son business, mais ne gère pas à proprement parler son entreprise. Nous pourrions schématiser le freelance comme un consultant qui offre du temps de travail contre rémunération. C'est ce que nous retrouvons à travers des misions de sous-traitance.

Pour les solopreneurs, si l'activité s'exerce seul, ils assument la gestion de leur propre entreprise et il doivent se dégager des revenus à la hauteur de leurs besoins, indépendamment de ses prestations qui nécessite du temps et de l'investissement.

Une fois votre statut juridique défini, il faudra fixer vos tarifs en fonction du marché, mais également par rapport à vos objectifs.

Les tarifs de votre activité en tant que solopreneur

Pour développer son activité et dégager des revenus, il est important de fixer des tarifs adaptés à la réalité du marché et à vos besoins.

Pour établir vos tarifs vous devez effectuer une veille et comparer les prix pratiqués par les concurrents. N'hésitez pas lors de cette phase, de prendre en compte les concurrents qui ont une activité comme vous d'indépendant, ainsi que des organisations qui ont des équipes consacrées aux prestations que vous proposez.

En fonction de votre secteur, de l'évolution du marché, de la concurrence, mais aussi de votre expérience, vous devez fixer une fourchette raisonnable pour rester compétitif sans mettre en péril vos besoins.

Attention, il est important de prendre en compte vos frais et les coûts de votre service (transports, coûts d’achat du matériel, etc.) afin d’adapter vos prix en fonction des problématiques de votre marché.

Les tâches à accomplir en tant que solopreneur

De manière générale, un chef d’entreprise ou un entrepreneur est multitâche. Mais pour un solopreneur, les obligations se multiplient. Marketing, communication, business, création, recherche de clients, envoi de message, gestion d’un site en ligne ou encore ventes, vous devez être capable de remplir la totalité des missions. Voici une liste non exhaustive des tâches qui se présenteront à vous : 

  • Gestion et comptabilité :

  • Relation client ;

  • La mise en place de campagne de publicité ;

  • Le marketing ;

  • La création du produit ;

  • La gestion opérationnelle ;

  • La vente de prestation de services ;

  • La prospection ;

  • L’envoi de messages ; 
  • L'analyse des performances.

Comme pour toutes les entreprises, le lancement est souvent la période la plus compliquée, si vous arrivez à combiner avantages et inconvénients, à vous la liberté.