Portrait d’entrepreneur : Reem Ahmad – Fondatrice de R&D CONSULTANCY

« J’ai choisi Hiscox pour la simplicité de la souscription en ligne. De grands acteurs que je considère comme référents ont choisi cette assurance, cela a confirmé mon choix. »

Accompagner les entrepreneurs dans le développement de leur projet

L’entrepreneuriat est la tendance du moment. Aujourd’hui, il n’est même plus nécessaire d’attendre d’avoir une idée renversante pour envisager de se lancer. L’essentiel est d’adopter le bon business model et de trouver le bon segment de marché. Avec plus de 15 ans d’expérience dans l’accompagnement des entrepreneurs, Reem Ahmad, fondatrice de R&D Consultancy, nous livre sa vision de l’évolution de la perception de l’entrepreneuriat en France.

Présentez-nous R&D CONSULTANCY

R&D Consultancy est un cabinet spécialisé dans le marketing entrepreneurial créé en 2002. Je propose des conseils et de la formation pour les entrepreneurs avec une approche transversale du projet et non centrée uniquement communication ou marketing produit. J’interviens à toutes les phases de la création de l’entreprise. En amont : formations pour préparer les entrepreneurs à leur future vie, accompagnement dans les démarches, réalisation d’études de marché, conseils en marketing stratégique. En phase de développement (étape clé pour les jeunes pousses) : accompagnement et suivi notamment dans les périodes de forte croissance. Enfin, en phase de maturité, voire de déclin : aide pour trouver de nouvelles idées à développer. Dans ce métier, ce qui me passionne est d’être à l’écoute de toutes les nouvelles tendances.

Ma position est assez particulière : j’interviens auprès des entrepreneurs et je suis moi-même entrepreneur.

Comment vous êtes-vous lancée ?

Je n’avais pas prévu de lancer mon entreprise. Mon ambition était de reprendre une société avec un associé. Finalement, la personne s’est rétractée, et comme j’avais déjà quitté mon précédent emploi, je devais rebondir. J’avais envie de changer de voie mais je ne savais pas vers quoi m’orienter. En 1999, l’entrepreneuriat était une tendance émergeante potentiellement porteuse pour moi. J’ai alors décidé de reprendre mes études : issue de la filière scientifique j’avais besoin d’un point de vue business. J’ai choisi une école de commerce en alternance, la Skema Business School. Cette formation m’a permis d’acquérir les connaissances et le réseau nécessaire pour atteindre mon objectif.

Pour se lancer en tant qu’entrepreneur, trois facteurs sont essentiels :
– Une opportunité de marché. Pour moi c’était l’entrepreneuriat,
– Des compétences, acquises dans le cadre de ma formation initiale et ensuite via une école de commerce,
– Un réseau professionnel pour faciliter l’acquisition des premiers clients. J’ai réussi à développer mon réseau grâce à mon contrat d’alternance dans un cabinet de conseil au savoir-faire entrepreneurial reconnu.

Au moment de me lancer, j’ai pu bénéficier du soutien de l’entreprise qui m’avait accueillie pendant mes deux années d’alternance. Alors qu’ils étaient généralistes, j’apportais un savoir-faire spécialisé en conceptualisation transversale des idées. A l’époque le terme de « marketing entrepreneurial » n’existait pas, on ne parlait pas non plus de « business model ».

Pensez-vous que l’entrepreneuriat a évolué au cours des 15 dernières années ?

Absolument ! Entre 2002 et 2010 l’engouement pour l’entrepreneuriat s’est renforcé. Les success stories à la française ont fortement contribué à la démocratisation de ce métier. Depuis 2010 nous entrons dans une nouvelle phase. L’entrepreneuriat est devenu crédible quelle que soit la taille de l’entreprise à créer. La meilleure preuve : le statut de l’entrepreneur et des indépendants fait partie des débats des présidentielles. Autrefois, l’entrepreneuriat était un dernier recours. Aujourd’hui, créer son entreprise est valorisé. Etre salarié ou entrepreneur est un choix de carrière. Il ne s’agit plus d’un choix par défaut. Le statut d’étudiant-entrepreneur contribue également à la croissance du nombre d’entrepreneurs en France. Les grandes entreprises s’y intéressent également. Les projets d’intrapreneuriat se multiplient. L’entrepreneuriat bénéficie d’un tel engouement qu’il pourrait, à terme, devenir difficile pour les grandes entreprises de recruter des profils à haut potentiel. Elles doivent se ré-interroger sur les méthodes à adopter pour attirer de nouveaux candidats. Comment favoriser l’innovation ? Comment attirer cette population qui a aujourd’hui soif d’autonomie et d’indépendance ?L’entrepreneuriat est avant tout une aventure merveilleuse ! Il permet de d’envisager les choses autrement. Pour réussir :  ouverture d’esprit et écoute de son marché sont indispensables pour développer des idées nouvelles.

Aujourd’hui, créer son entreprise est valorisé. Etre salarié ou entrepreneur est un choix de carrière.

Y a-t-il des moments clés pour se lancer en tant qu’entrepreneur ?

On peut se lancer à tout moment dans l’entrepreneuriat. Mais il existe certaines tendances.

Premièrement, pendant les études. Le statut d’étudiant-entrepreneur est une formidable opportunité. De nombreux cursus dédiés à la création d’entreprise existent aujourd’hui. Ce statut permet de tester des idées dans un environnement favorable. Les professeurs, les incubateurs dans les universités, l’accompagnement par des mentors issus de grandes entreprises, les fonds européens et régionaux … Tout est mis en place pour favoriser la créativité des étudiants.

Vient ensuite le licenciement ( économique ou pas). Les personnes en recherche d’emploi peuvent bénéficier de l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise. Le Pôle emploi encourage la prise d’initiatives. D’ailleurs l’Association Audace (un de mes partenaires) a développé pour les demandeurs d’emploi une approche innovante intitulée « Lever les freins ».

Quelles sont vos perspectives de développement et vos challenges ?

Aujourd’hui R&D Consultancy est reconnu. J’ai réussi à développer au fil des années un réseau solide composé d’acteurs historiques tels que les Chambres de commerce. Je rencontre environ 500 candidats à l’entrepreneuriat par an. Cette année, j’ai effectué mon premier contrat dans le domaine de la valorisation des déchets et l’économie sociale et solidaire. Il s’agit d’un domaine plein d’avenir sur lequel je souhaite positionner mon entreprise. Cette première expérience réussie m’a ouvert des opportunités pour de nouveaux projets. J’espère apporter une vision économique au secteur du développement durable.

Votre solution Hiscox

Pour répondre à un appel d’offre en 2008, j’ai eu besoin d’une assurance responsabilité civile professionnelle. Quand on est entrepreneur, les activités business prennent souvent le pas sur l’administratif. Pourtant c’est essentiel. J’ai choisi Hiscox pour la simplicité de la souscription en ligne. De grands acteurs que je considère comme référents ont choisi cette assurance, cela a confirmé mon choix. On ne se rend vraiment compte de l’intérêt d’une assurance qu’au moment où on subit un sinistre. C’est ce qui m’est arrivé il y a deux ans.

J’ai été accusée à tort par l’employé d’une société pour laquelle j’avais travaillé. Sûre de ma non-culpabilité et pensant qu’il s’agissait d’une affaire à régler entre l’entreprise et son employé j’ai laissé traîner. Jusqu’à ce que je sois convoquée au tribunal. J’ai alors contacté Hiscox, mon assureur, pour savoir si cette assignation relevait de mon assurance. Il s’avère que oui et que j’aurais dû déclarer le « sinistre » avant. Je suis pleinement satisfaite du suivi de mon sinistre. J’ai eu affaire à des gens très compétents. Ils m’ont aiguillée et accompagnée à chacune des étapes. Leur capacité d’écoute et leur professionnalisme était très appréciable. L’avantage c’est qu’Hiscox a fait le lien avec toutes les parties prenantes afin de régler cette affaire au plus vite. J’ai bénéficié d’un conseil juridique. Mon assureur a effectué le remboursement prévu dans les termes de mon contrat très rapidement.

J’ai tiré plusieurs leçons de cet épisode. Premièrement, il faut prendre conscience des risques auxquels on est soumis et des garanties fournies par l’assurance. Dans le cadre d’une RC Pro, on parle de « dommages causés aux tiers ». Mais qu’est-ce que ça signifie ? Il peut s’agir du retard dans une prestation, de casse chez votre client, de la transmission d’un virus via un email ou une clé USB. Si vous êtes attaqué par votre client c’est à votre assureur RC Pro que vous devez communiquer toutes les pièces relatives au sinistre.

Deuxièmement,  ne pas hésiter à poser des questions. Il m’arrive maintenant assez régulièrement de contacter le SAV Hiscox pour poser des questions pour moi ou mes clients sur les assurances à choisir. Je suis toujours satisfaite des réponses qui me sont apportées. En cas de doute, mieux vaut poser la question que d’en subir les conséquences. Ça ne coûte rien…

Finalement, rester vigilant. Même si vous n’êtes pas en tort, vous pouvez être attaqué. Dans mon cas le juge a statué en ma faveur. Pourtant, j’ai dû engager un avocat et attendre le jugement final. En résumé, ne prenez pas les choses à la légère.

Témoignage réalisé le 03.04.2017

En savoir plus
Ils sont assurés par Hiscox

Ils sont assurés par Hiscox

Retrouvez les témoignages des entrepreneurs qui ont choisi d’assurer leur responsabilité civile professionnelle avec Hiscox.

Plus de témoignages
Avis certifiées par Feefo

Avis certifiées par Feefo

Découvrez la note que nos clients ont donnée à Hiscox grâce aux avis certifiés par le cabinet indépendant Feefo.

Voir la notation Feefo

Suivez-nous sur notre blog et sur les réseaux sociaux